• je me permet de mettre cette petite musique car il s'agit de Slam, poésie moderne, de plus, elle a pour titre "Saint-Denis", ville où nous étudions,donc j'ai trouvé qu'elle avait sa place au sein de ce blogg.

    1 commentaire
  • Voici une petite chanson bien entrainante, présente dans le film Ocean's Twelves, pendant la scène du casse de Vincent Cassel!

    Une petite merveille que je ne pouvais garder pour moi! 


    7 commentaires
  • la nuit j'ecris sans faire un bruit, la nuit j'exprime toutes mes pensée. Je laisse agir mon inconscien, mon autre moi qui veut parler!
    Cette mélodie s'imisse dans ma tete, je ne peu l'arreter, elle ne peut s'empecher d'ammener avec elle toutes les pensées que je cherche a oublier!
    Pourquoi je m'obstine à vouloir oublier ces instants, ils font parti de ma vie et sans eux, je ne serai pas moi! Pourtant je les rejetes de ma tete car il sont trop eprouvant! Je suis toujour là, a vouloir oublier, ms je n'y arriverai jamais! ces images ne disparaitrons jamai, elles ne pouront que s'aténuer! elles resteront toujours imprimées dans un coin de ma mémoire, tapis dans l'ombre, attendant le meilleur moment pour resurgir à la surface!
    Je traite ces pensée comme le mal, hors je sais trés bien que ces images je les aimes, je ne veu pas les oublier! elles me manques, elle me manque!
    Son corps, son odeur, sa voix, sa douceur, sa chaleur, sa presence! Un trou s'est créé quand elle est partie, ce trou infini, je ne veux le combler!
    son visage est gravé dans ma tete, tel un tatouage indelebile, cette fille me hante, cette fille me manque. Elle est parti, ma vie aussi, pourquoi rester sur le passé! parce que c'est bon, ca fait pleurer, car ca fait souffrir mais je le savai!

    votre commentaire
  • Nuit noire et éphemère qui nourrit mon esprit
    Objet de mes desirs porté par les étoiles
    Comment te dire ces mots, toi qui est une amie
    Tel un soufle de vie je tisse ma propre toile
    Avec pour seuls outils mes rêves et mes envies
    Ridicule peut-etre, mais sans auccuns remmorts
    Irréelle ma vision, de ce qu'on nomme la vie
    Unifiant clair et obscur comme la vie et la mort
    Maintenant je te laisse en te disant merci!

    Brice G.


    votre commentaire
  • #1

    Seul dans ma chambre, allongé dans le vide
    Je laisse filler mon imagination intrépide
    Qui se faufile partout, telle une petite souris
    Méttant à jours les méandres de mon esprit
    Je laisse courir ainsi, le flux de mes pensées
    Une symphonie en fond, entièrement réorcherstrée

    Brice

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique