• Fiction

    Je suis Fred, et je suis un jeune poux. Je sait ça choque toujours un peu quand je dit ça mais attendez d'entendre l'histoire qui m'est arrivé par une étrange journée de février. Une vieille dame nourrissait les rats du métro en disséminant des miettes de pain le long du quai.  Et moi j'avais élu domicile sur sa tête. Je vois et j'entendais tout ce qui passais de la haut, mais ne vous inquiétez pas je restais humble.  Je déteste ces poux qui prennent la grosse tête, squattent un PDG d'entreprise et l'influence en lui soufflant  des idées à l'oreille pendant qu'il dort. Mais bon on l'a tous fait au moins une fois. J'était donc sur un des nombreux cheveux blancs de cette vielle dame  et je la trouvais fort symphatique toujours à essayer d'améliorer le petit monde dans lequel elle vivait. Et figurez vous que dans son petit monde ba il venait d'avoir eu du changement. Dans l'impressionnante faune qui peuple le métro, nan je n'essaye pas de vous faire peur, venais d'arriver trois rats coréens. Ces réfugiés politiques avait en peu de temps acquis le statut de sages de la ligne 13. Ma vielle dame qui comme toute les vieilles dames savait parler aux animaux eu un jour une conversation avec eux. Elle avait l'intention de leur offrir un cadeau de bienvenue et venait s'informer des goûts des trois rongeurs. Après que les rats eurent passés commande, elle monta dans la trame de métro et questionna toutes les personnes : Bonjour je m'appelle Charlene, tu peux m'aider s'il te plaît.  Et oui le cadeau en question nécessitait de l'argent pour son acquisition et mon locataire, dont vous venez de savoir le prénom était SDF et ne croulait donc pas vraiment sous des montagnes d'argent. A la fin de la soirée, Charlene avait réussi a récolter trois fois un euro soixante dix et, pu aller acheter leur présents aux trois réfugiés.  A minuit, le Mac Do est rempli des êtres laissées sur la bande d'arrêt d'urgence de la société et ces personnes ne sont pas du genre à tenter de demander plus que ce que l'on sert au client classique, de peur de risquer de ne pas pouvoir payer un supplément. Et c'est ainsi que Charlène se dit ,lorsqu'elle vit arriver sur le comptoir le premier des trois desserts glacés : Le sunday se languit de son sunday caramel.  Et oui le Mac Do est présent partout dans le monde et même un rat coréen sait reconnaître le talent du clown américain pour ces petites glaces. Ma vielle dame retourna donc voir les trois sages avec son présent et en retour chacun lui donna une petite phrase de son cru. Le premier dit:" Lente est la recherche de l'heure passée" ce qui laissa songeuse Charlene  qui se demandait ce que ça lui apportait, tandis que le rat, en son fort intérieur, se demandait aussi la même chose. Le second dit: " Belle est la quête de l'être destiné" et fut rappelé à l'ordre par le premier qui lui rétorqua qu'il s'était trompé de papier et, dit à la place: "Belle est la quête des sunday que tu nous as apportés" pendant que le second boudait car c'était lui qui voulait dire la phrase. Enfin le troisième dit: "Plus très longue est l'attente du jugement dernier" ce qui allait dans peu de temps se confirmer. Lorsque la vielle dame s'en alla, j'allai voir seul les trois rats qui se reposait après avoir ingéré, chacun, un sunday caramel entier.  L'un d'entre eux dormais appuyé sur un gros réveil et un autre me fit un chut de la main en disant :"le réveil dort dans un long sommeil". Je lui dis que ça devait être dur pour eux de  devoir sans arrêt parler comme ça et il me répondit: " oui peut être mais lente est la quête du poux". On rigola bien et je me retira. Le lendemain j'appris l'affreuse nouvelle les trois rats trop rempli c'était fait renverser par un métro et les leur vente en éclatant fit gicler du sunday dans les yeux du conducteur du métro qui au même moment avait ouvert la fenêtre de sa cabine et avait sorti la tête. Ce qui a eu pour conséquence de lui faire faire un brusque mouvement de recul qui l'assommat et le laissa évanoui appuyant sur la manette contrôlant l'accélération du métro. Je me suis dit alors j'étais content d'être un jeune poux et donc de en pas pouvoir manger de sunday caramel.

     

    Luc


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :