• description

     

    Usée, l'image est emplie d'un jaune sale, vieillissant. Aucun murs, meubles, objets de cette petite chambre ne trahie cette teinte sépia. Seule les quelques affaires non encore rangées dans le sac au bord du lit affichent des couleurs éclatantes qui semblent vouloir s'empresser de partir... Les volets doivent êtres encore fermés; il n'y a qu'une petite lumière électrique qui sauve une partie de la pièce de l'ombre.

    Le lit deux places vient d'être fait et on voit encore la trace d'un corps endormi imprimé sur un des cotés des mince tissu blanc qui recouvre le matelas. Tissus qui tombe au bord du lit à quelques centimètres du sol où la lumière n'arrive pas. Il est temps de partir. L'évier a été une dernière fois utilisé a l'aide de ce petit gant de toilette violet et de cette serviette blanche aux quelques filaments rouges; on les placeras dans le sac avant de quitter l'hôtel et de rendre les clefs à l'accueil. De part et d'autre du lit deux meubles en bois à tiroirs identiques placés en biais devaient se renvoyer les lumière de leurs lampes respectives. Petites lampes coniques modernes qui contrastent avec l'antique tableau accroché au mur.

    La petite fille prisonnière du mur à du en voir des visages de passage dans cette chambre. Visages lui tenant compagnie seulement un mince week-end ou une courte nuit. Elle à vue beaucoup de monde c'est sur, elle à de l'expérience c'est une petite fille mais elle est habillée en femme. Qu'est ce qui à bien pu la conduire à se retrouver dans ce portrait de peinture cerné de bois plaqué à un mur où se répète inlassablement le même motifs d'un bout à l'autre de la pièce. Motifs ressemblant aux courbes des ressorts se croisant incessamment caché de l'autre coté du matelas posé sur le lit. A l'intérieur de ce papier peint, quelques feuilles d'or qui se disposent aux mieux qu'elles peuvent dans ce maillage qui les retiens au papier.

    Puis, une rupture sec avec ce décor pour un petit un espace composé de carreau blanc de salle de bain pour ce qui n'est qu'en fait qu'un lavabos et sûrement une douche juxtaposé à la chambre. Rupture comme celle que je fait maintenant après m'être regardé dans la glace, avoir pris mon sac et fermé la porte.

    Luc Muratori


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :